Longues Rayes : le parc boisé inauguré en mémoire de l'ancien maire

Anne-Marie Souhait et Bernard Bertelle dévoilent la plaque inaugurative

Le chantier du parc boisé des Longues Rayes, débuté en juin, a pris fin avec un peu d'avance, pour le plus grand plaisir des promeneurs qui l'arpentent déjà depuis l'été. Promis pour l'automne, il a pu être inauguré le 12 septembre 2020. En plus d'une cérémonie officielle, la municipalité se devait de donner, à ce havre de paix, une identité et pas n'importe laquelle.

C'est naturellement que s'est imposé nom de Guy Souhait, maire de Blénod de 1999 à 2014; celui qui a tant oeuvré pour la commune et ce, dès 1984, aux côtés du maire de l'époque : Michel Bertelle. D'abord élu puis vice-président du Centre communal d'action sociale (CCAS), à cette époque, l'édile n'aurait jamais songé un jour à tenir les rênes de la mairie.
"Travailleur, méticuleux, il était Homme de dossier mais avec un regard intéressé et soucieux envers les autres. Outre ses capacités administratives, il faisait preuve d'une grande humanité. Après mon premier mandat de conseiller municipal, il me confie en 2008, le poste d'adjoint aux travaux. Ce fut pour moi une période où j'ai pris conscience des responsabilités du poste de maire." se souvient le maire Bernard Bertelle. "Il m'a conseillé, guidé dans la gestion des dossiers, m'a appris le fonctionnement de l'administration. Il faut aussi comprendre que la création d'une telle zone ne se fait pas sur le coin d'une table. Ce projet l'a occupé pendant plus de dix ans et aujourd'hui encore, l'équipe travaille à finaliser l'aménagement de la Zone d'aménagement concertée (ZAC)." poursuit-il. Rappelons-nous : celui-ci avait été retardé de plusieurs mois en 2008 en raison des fouilles menées par L'Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP) mettant en évidence des vestiges d'anciens habitats protohistoriques : époque de l'histoire de l'humanité, comprise entre la préhistoire et la période historique.
"Alors quel plaisir de pouvoir lui rendre hommage avec ce lieu qu'il aurait apprécié de parcourir avec, Anne-Marie, son épouse!" conclut-il.

"Cet hommage nous va droit au coeur" a résumé, l'émotion dans la voix, celle qui ne fut pas moins engagée que son mari dès leur arrivée à Blénod en 1983 auprès de la Fédération des conseils de parents d'élèves (FCPE). Elle et ses proches sont unanimes, cet espace, dans sa finalité, aurait grandement plu au regretté maire qui avait su gagner le coeur des Bellédoniens par sa sagesse et son bon sens.

Le projet "Longues Rayes", Guy Souhait a planché dessus en 2001, année de sa première élection par les Bellédoniens en tant que premier magistrat, deux ans à peine après avoir été propulsé dans ce fauteuil. Ce quartier qui lui tenait à coeur tant sur l'aspect "mixité sociale" qu'"Haute qualité environnementale (HQE)" a vu débuter sa construction, en 2003, année d'inauguration de Blenovista, structure précurseur en matière énergétique. Dès les prémices, figurait ce concept français datant de 2004, enregistré comme marque commerciale et accompagné d'une certification « NF Ouvrage Démarche HQE » par l'Association française de normalisation (AFNOR), concernant le bâtiment.
Ce parc est donc parfaitement fidèle à la vision de l'ancien maire, de par son emplacement, son aménagement, ses équipements mais surtout ses espaces verts et plantations. "La volonté municipale constante a été de donner, à ce nouvel espace de convivialité de plus de 4 000 m² de surface, où aucune matière plastique n'est utilisée, une dimension écologique sur un site historiquement industriel." rappelle Raymond Vincent, adjoint au maire délégué aux finances et à l'environnement.

L'aire plantée d'arbres fruitiers (mirabelliers, pruniers) est agrémentée d'un coin pique-nique, de jeux (tyrolienne, toboggans) et d'agrès sportifs, le tout avec l'approbation des Bellédoniens consultés un an auparavant; rien de tel pour favoriser les rencontres intergénérationnelles dans un cadre de verdure exceptionnel!

L'occasion de préserver le patrimoine industriel de la commune n'a pas été délaissée. En effet, après agrandissement du projet de base,  et pour pouvoir être conservé, le fameux "rocher" a été sécurisé avec de petits arbustes . Pour la petite histoire, ce bloc de pierre aux aspects lunaires, au nord du parc et à l'orée des vergers et des coteaux de la Moselle, est un vestige de l'ancien petit crassier de l'usine Saint-Gobain Pam issu de l'amoncellement de scories des hauts-fourneaux des Fonderies. L'appellation "Pierre blanche" devrait faire remonter quelques souvenirs aux ados de l'époque...
Anciens et actuels élus venus de tout le bassin mussipontain étaient là pour rendre hommage et fêter la finalisation de cet investissement municipal de 130 000 € en présence de l'aménageur Solorem, du bureau d'études Complementerre, du paysagiste ID Verde ainsi de la société de jeux Imaj, accessoirement installateur du nouveaux City-Stade et de l'aire de jeux du Centre Michel-Bertelle.



Guy-Souhait, un maire humaniste
Né le 16 août 1943 à Val-et-Châtillon en Meurthe-et-moselle, aux portes des Vosges, Guy Souhait n'a pas quitté sa commune avant 1959, pour devenir apprenti en électrique à l'école SNCF de Pantin, BEPC en poche. Aîné de son frère André, il est né de Jean et Alice respectivement cadre dans le textile et mère au foyer. En 1966, toujours à Val-et-Chatillon, à l'âge de 23 ans, il épouse Anne-Marie, secrétaire, de deux ans sa cadette. En 1999, il fait valoir ses droits à la retraite de son métier de "conseiller sécurité en équipements et installations fixes" auprès du directeur de Région de la SNCF.

 

 
Fouilles archéologiques en 2009 et pose de la première pierre des bâtiments de Logiest en 2011.

En tant que maire, il s'appuyait beaucoup sur ses services. Organisé et très méticuleux de nature, il a laissé auprès du personnel de la ville, ayant eu la chance de le côtoyer au quotidien, l'image d'un chef de file à la précision chirurgicale dans la gestion de ses calendriers et comptes-rendus de réunions. Humble, humain et accessible, il ne refusait jamais un rendez-vous à un particulier pour trouver solution à son problème.
A la fin de son second mandat en 2014, il totalisait 30 ans en tant qu'élu à Blénod et a reçu, à ce titre, la médaille "vermeil" d'honneur régionale, départementale et communale en récompense de son dévouement au service de la collectivité territoriale. A la fin de cette même année, il a été nommé Maire honoraire par arrêté du Préfet de Meurthe et Moselle pour ses 15 années passées en tant que premier magistrat en présence de ses deux compères Christiane Petitpas et Gilberte Kieffer. Celles-ci ont d'ailleurs été, elles aussi, désignées adjointes honoraires pour presque autant d'années passées à ses côtés.

 
 

Il avait choisi de se retirer de la vie politique en douceur pour profiter de son épouse, ses deux fils et ses petits-enfants à qui il manque énormément. Fin 2016, il venait de fêter ses noces d'or; cérémonie que son successeur, Bernard Bertelle, a eu l'honneur d'officier. Malheureusement la retraite a été courte; deux ans durant lesquels il a pu enfin prendre le temps de vivre, par le biais de ses voyages et ses loisirs, avant que la maladie ne le rattrape.


Retour à la liste