Les oeuvres religieuses de l’église Saint-Etienne-et-Vit restituées

  • Les oeuvres religieuses de l’église Saint-Etienne-et-Vit restituées
  • Les oeuvres religieuses de l’église Saint-Etienne-et-Vit restituées
  • Les oeuvres religieuses de l’église Saint-Etienne-et-Vit restituées
  • Les oeuvres religieuses de l’église Saint-Etienne-et-Vit restituées
  • Les oeuvres religieuses de l’église Saint-Etienne-et-Vit restituées
  • Les oeuvres religieuses de l’église Saint-Etienne-et-Vit restituées
  • Les oeuvres religieuses de l’église Saint-Etienne-et-Vit restituées
  • Les oeuvres religieuses de l’église Saint-Etienne-et-Vit restituées
  • Les oeuvres religieuses de l’église Saint-Etienne-et-Vit restituées
  • Les oeuvres religieuses de l’église Saint-Etienne-et-Vit restituées
  • Les oeuvres religieuses de l’église Saint-Etienne-et-Vit restituées
  • Les oeuvres religieuses de l’église Saint-Etienne-et-Vit restituées
  • Les oeuvres religieuses de l’église Saint-Etienne-et-Vit restituées


Lancé en 2021 par la municipalité, le premier projet en faveur de son patrimoine historique, à savoir la restauration de quatre oeuvres appartenant à l'église bellédonienne, a pris fin le 23 août dernier. L'ensemble comprenant un gradin et un tabernacle en bois sculpté et doré datant des années 1730 et provenant du maître-autel ancien, classés au titre des monuments historiques en 1972, vient d'être rapatrié par l'atelier La Cerisée basée dans le Loir-et-Cher.
La mission confiée à la conservatrice-restauratrice, spécialiste des oeuvres sculptées, concernait également la Vierge de l'Immaculée conception faisant partie de l'ensemble de la Niche de l'Immaculée conception, également classée, et deux autres statues de bois qui décorent l'entrée de l'église : Saint-Vincent - patron des vignerons en bois polychromé et l'enfant Jésus en plâtre polychromé.
"Ma démarche, validée par la municipalité, est d'accepter le vécu de l'oeuvre en ne lui faisant pas subir un lifting complet qui la dénaturerait. Mon travail a consisté essentiellement en la préservation des matériaux : appliquer un traitement protecteur, recoller les dorures etc. afin non pas de tenter de leur redonner aux oeuvres une nouvelle jeunesse mais de les préparer à affronter encore le temps qui passe." explique t-elle.

Financièrement, l'opération représente un coût 16 790 € pour lequel la commune a été soutenue par la DRAC à hauteur de 5377 €. Elle mène, conjointement avec la Fondation du Patrimoine, une campagne de mécénat à laquelle les particuliers ou entreprises peuvent participer et profiter de la défiscalisation de leurs dons.
A l'heure actuelle, le soutien est de :
- 6000 € de la part des Club des mécènes de la Fondation du Patrimoine 
- 1 330 € sur 4 000 € attendus de la part des particuliers via la Fondation du Patrimoine

Le reste à charge de la commune est actuellement de 4 082 €.

Présente à la restitution, Marie Gloc - conservatrice régionale des monuments historiques à la DRAC Grand Est à Metz a procédé à la visite de l'église menée en vue d'établir l'inventaire des oeuvres bellédoniennes. 
Notons que notre monument est en partie inscrit au titre des monuments historiques grâce à son clocher roman du XIIIe siècle.

Pour la suite des aventures, donnez !


Pour l'historique, c'est à la suite d'une de ses visites, que la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) avait alerté les services municipaux face au constat de l'usure du temps et le ravage d'insectes xylophages, dévorant le bois des oeuvres sculptées.
Une concertation entre le Conseil d'Architecture, d'Urbanisme et de l'Environnement (CAUE 54) et les différents partenaires, dont la DRAC Grand-Est et la commission d'Art diocésaine avaient permis d'obtenir un état des lieux, non encore exhaustif, de l'église bellédonienne.

Les dernières recherches dans les archives avaient révélé dans l'église les 4 éléments mobiliers exceptionnels, par ailleurs protégés, suivants :
•    l'ensemble comprenant un gradin et un tabernacle, en bois sculpté et doré, datant des années 1730 et provenant du maître-autel ancien, classés au titre des monuments historiques (MH) le 15/09/1972
•    la niche de l'Immaculée Conception, en bois doré, qui se situait au-dessus du tabernacle et datant donc également de la première moitié du 18è siècle, classée au titre des MH le 23/05/1979
•    un retable aux douze apôtres en pierre peinte datant du 1er quart du 16è s. et ornant désormais l'autel principal de l'église et classé au titre des MH le 15/09/1972
•    une Vierge de Pitié, groupe en bois peinte, datant de 1740, se trouvant dans la chapelle rendant hommage aux Bellédoniens morts pour la France, inscrite au titre des MH le 23/12/1994

Retour à la liste